Complications sonores | Wagipedia | WAG : Le label du 12e Art
WAG - Watches Art Gallery | Le Label du 12e Art | Genève | Suisse
wag-icone-complications-sonores

Complications sonores

Datant du XVe siècle, les montres à complication sonores sont plus anciennes que les montres à aiguilles. Elles ont été créées pour permettre de connaître l’heure la nuit mais aussi pour les malvoyants. Dans un premier temps, elles sonnaient les heures “au passage”comme le font les églises. Au XVIIe, les marteaux frappant sur des cloches sont remplacés par des lames circulaires appelés timbres afin de créer des montres plus fines tout en améliorant la sonorité. Le challenge de ces complications est d’obtenir un son limpide et puissant dans un espace réduit.

GRANDE ET PETITE SONNERIE

La Grande sonnerie est la reine des complications. En plus des difficultés de réalisation communes à toutes les montres à sonneries, il faut équilibrer les forces pour distribuer l’énergie de façon constante pour sonner les heures et les quarts en répétant les heures à chaque quart. La Petite sonnerie sonne les heures et les quarts mais sans répéter les heures.

RÉPÉTITION

La montre à «répétition» dispose d’un mécanisme qui sonne l’heure lorsque l’on active un verrou ou un poussoir. La plus simple est la Répétition à quarts qui sonne uniquement les heures et les quarts. La Répétitions minutes, quand à elle,  indique le temps à la minute près, en utilisant des tons distincts pour les heures, les quarts et les minutes.

SONNERIE AU PASSAGE

La Sonnerie au passage retentit chaque heure pleine par deux coups répétés trois fois. Elle rappelle d’une manière élégante et discrète le temps qui passe. Un poussoir permet d’arrêter cette fonction.

ALARME / REVEIL

L’alarme-réveil est la plus ancienne des complications. Au XII siècle, il existait déjà des horloges sonnant l’heure des offices. Au XV siècle, il était obligatoire de fabriquer une horloge alarme pour devenir maître-horloger.

Retrouvez l’essentiel du 12e Art sur le site de la WAG en un clic :

medias médias

médias medias la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la lamédias medias la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la médias medias la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la médias medias la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la la